Humeur

#MeToo le hashtag de trop ?

25/10/2017

#MeToo « If all the women who have been sexually harassed or assaulted wrote « Me too » as a status, we might give people a sense of the magnitude of the problem. Please copy/paste. »

Ce  H A S H T A G

Depuis des jours, je le vois partout, sur tous les murs virtuels des femmes qui m’entourent. Je l’entends aussi, il résonne dans mes oreilles. Ce cri de guerre qui me fait comprendre que la bataille contre le harcèlement sexuel est loin d’être terminée.

Encore moins quand je lis les commentaires odieux de certains hommes et de certainES femmes ! Oui, car on a beau parler de solidarité féminine, parfois j’ai l’impression que c’est une légende et rien de plus quand je vois et lis toutes ces femmes dire des choses telles que : « mais ce n’est pas du harcèlement sexuel se faire accoster en rue, c’est simplement de la drague »

De la drague, REALLY ?!

Se faire siffler après comme un toutou, se faire mettre la mettre aux fesses, se faire insulter de connasse quand on ne file pas son « 04 », se faire klaxonner comme si porter une jupe était une infraction = de la drague ?!?!?

OK. Je quitte cette planète.

Non, mais sérieusement.

Je suis restée silencieuse de nombreux jours suite à ce hashtag qui est devenu viral. Car cela m’a rappelé tellement de mauvais souvenirs dont « j’ai honte » que je n’ai pas osé réagir de suite. Mais après mainte réflexion, je me suis dit « mais de quoi ai-je honte?! »
-> Ce sont ces crétins de première catégorie qui devraient se cacher dans un trou avant de se faire frapper par leurs mamans !

L’idée d’écrire cet article m’est alors venue car j’aimerais m’adresser aux hommes qui n’ont rien compris à la courtoisie. Et ensuite, parler franchement aux femmes qui trouvent ça « trop mignon » d’entendre le klaxon d’une Peugeot 207.

Il y a des choses que nous devons mettre au clair vous et moi.

Drague vs. Harcèlement

Messieurs, bien sûr que les femmes aiment être flattées et complimentées.
Mais il y a des circonstances appropriées pour le faire et, surtout, des manières polies ET adorables de le faire SANS agresser la femme que vous avez en face de vous.

Bien sûr que la drague en rue reste permise. Mais pas le harcèlement et la grossièreté.

Je vous lance un tas d’exemples et de contre-exemples qui me sont arrivés personnellement ou qui sont arrivés à mes amies.

1. En attendant à l’arrêt de bus

Drague : « Excusez-moi ? Vous auriez l’heure ? … » déboucher sur une conversation et la clôturer sur un simple « on aura peut-être l’occasion de se recroiser un jour, bonne journée » ou même un « ça vous dirait d’aller boire un verre un de ces quatre ? » (pour les plus audacieux)

Harcèlement : « Wow quel cul ! » Et dans la majorité des cas, lorsqu’on ne répond pas ça débouche sur un « Eh mam’zelle, tu m’as pas entendu ? Eh ? Va te faire f***** »

2. En marchant dans la rue

Drague : « Bonjour, je cherche (tel endroit) vous pouvez me guider ? » plus loin dans la conversation, glisser un « vous avez un très joli sourire ! » (ça égayera toujours la journée d’une demoiselle !)

Harcèlement : « Eh t’es bonne ! » + sifflements (doublement inutile)

3. En soirée

Drague : « La musique est vraiment nulle… Mais si tu trouves l’intitulé du prochain titre, je t’offre un verre! »

Harcèlement : agripper la fille et la forcer à danser avec vous, voire lui glisser une main quasi sous sa robe en guise de salutation…

OK. J’avoue avoir chosi THE STEREOTYPES. (mais notez bien qu’ils basés sur des faits réels tout de même… hum hum)

Tout cela pour vous montrer qu’il y a une sacrée différence entre draguer et harceler une personne.

D’ailleurs mesdames, je sais que parfois cela se peut que vous ayez du mal à discerner un mot mal placé lors d’une conversation, un geste ou quoi que ce soit d’autre inapproprié avec le contexte. Mais retenez que le harcèlement, au contraire de la drague, vous fera toujours vous sentir mal dans votre peau. Vous vous sentirez comme salie, mise à nue, violée verbalement
Le harcèlement c’est aussi le fait de dire clairement « non » à un homme et que ce dernier continue à insister en forçant la drague, en essayant d’entrer dans votre intimité (hélas, de nos jours, les réseaux sociaux facilitent la chose).

Les arguments types des harceleurs

  • T’as vu ta tenue ?! Avec tes bas résilles, ton décolleté… Tu cherches à te faire remarquer, c’tout !

Toute femme – peu importe sa tenue – mérite le respect ! Femme = être vivant. 

Être vivant qui a (malheureusement) fait naître ce type d’énergumène. Mais aussi : être vivant sans qui l’espèce humaine serait éteinte depuis belle lurette !
Cependant, trop de mecs oublient que derrière une jolie paire de seins, il y a un cœur qui bat, que derrière de beaux yeux, il y a des neurones et un cerveau en marche, que derrière un physique, il y a une personne sensible.

  • Avoue que tu m’avais chauffé !

Oui, c’est possible qu’une femme flirte avec un homme puis se rende compte qu’elle a fait fausse route. Que le mec ne l’intéresse plus. Que finalement, elle a changé d’avis. Et c’est son droit. Ce n’est pas une raison pour la forcer à faire des choses qu’elle ne veut pas, commencer à la menacer et/ou à l’injurier… On est 7 milliards sur terre, ce qui veut dire qu’il y a forcément un autre fille avec qui flirter vous pouvez flirter – et qui sera CONSENTANTE !

  • C’était pour rire ! Pourquoi tu le prends mal ?

Wow quel humour ! T’as mangé 3 clowns, 1 con et 1 pervers à midi ? Il est temps de changer de régime, c’est nocif pour ton plan de « drague ».

  • Mais de toute façon, tu le sais que t’es bonne !

Bonne n’est pas un compliment, merci au revoir. Une femme n’est pas un objet qu’on trouve performant ou pas. C’est une personne qui a des qualités et des défauts comme tout le monde, à toi de les découvrir sans tenter de lui faire des « compliments » plus qu’insultants.

#MeToo

Quand j’étais ado, j’aimais beaucoup flirter. Surtout, après ma perte de poids. Je me sentais enfin un peu jolie et « comme les autres filles ». Je sortais beaucoup en discothèque, je ne manquais jamais une occasion pour rencontrer des nouvelles têtes.

Sauf qu’un jour, j’ai eu la mauvaise idée de « chauffer » un mec qui était clairement macho et mégalo.

Après 1 semaine qu’on avait passé à s’envoyer des messages sur Facebook, le gars a mis directement les pieds dans le plat en me disant qu’il voulait aller plus loin avec moi. Je n’avais que 16 ans, je n’avais eu jamais eu de petit copain. Ce mec-là, il me plaisait un peu, mais trop. Du coup, je lui ai posé un lapin.

Au début, il s’en fichait. Puis quelques jours après il est revenu à la charge. Il a recommencé à me draguer, mais de manière différente. Il était beaucoup moins drôle, il paraissait plus « sensible », limite « romantique ». Je lui ai reparlé.

Puis ça a de nouveau dégénéré. Il avait 20 ans, j’avais 16 ans. Il était clair que lui et moi, on ne recherchait pas le même genre de relation : je voulais un premier amoureux, il voulait une « sex friend ».

Soit, j’ai à nouveau refusé ses avances. Puis il m’a menacé de venir me voir à la sortie de l’école, de montrer nos conversations un peu « coquines » à ses potes, il m’envoyait sans cesse des messages… J’ai dû me résoudre à le bloquer de tous les réseaux. (Avec la peur qu’il ne vienne réellement un jour jusqu’à mon école)

Un jour, il a tout de même réussi à me recontacter via un nouveau profil facebook…

A l’époque personne n’était au courant de cette histoire, sauf ma meilleure amie. J’étais tétanisée à l’idée d’en parler car je me sentais fautive… Au début, je lui avais dit que j’étais intéressée par une relation avec lui, je l’avais un peu aguiché quoi. Oui, mais… j’ai le droit de changer d’avis et de dire non à quelqu’un qui ne me plaît pas.
Et il avait l’obligation de respecter mon choix.

Alors, vous appelez cela de la drague ?

Non.

C’est bien qu’il me semblait.

Appel à tous les gentlemen et gentlewomen

#MeToo est le hashtag de trop ! (Big Up Alyssa Milano !)

Il est temps de se serrer les coudes. Nous, toutes les femmes. Mais aussi tous ces hommes qui sont offusqués face à de tels agissements. Soutenez-nous et montrez-leur comment doit se comporter un homme envers une femme.

C’en est assez de devoir choisir sa tenue vestimentaire en fonction du regard de la bande de mecs qu’on va croiser dans le fond de la rue, de baisser les yeux face à une insulte de plus, d’avoir peur le soir en rentrant chez soi…

Il est temps de réellement agir face à ce problème qui n’en devient que trop banal.

Cette conquête à l’égalitéE ne sera-t-elle donc jamais terminée ?

Je ne sais pas vous, mais moi un jour, si j’ai des enfants. Dont une fille.
J’aimerais lui dire autre chose que « fais attention à toi, garde toujours ton verre à l’oeil et ne t’éloigne pas trop de tes amis… etc » avant qu’elle parte rejoindre ses ami.es en soirée. J’aimerais simplement lui dire « Tu es ravissante dans cette robe ! Amuse-toi bien ».

Tu as aimé cet article ? Tu aimeras aussi : Hey, Mam’zelle ! T’es bonne

Only registered users can comment.

  1. Hello ma belle ! ❤️

    Je viens de lire ton article. Il m’a fait sourire mais surtout ça fait du bien de lire quelqu’un qui envoie balader des hashtags engagés déformés voire banalisés par les médias et autres.

    Un vrai plaisir à lire, surtout garde cette pêche !

    Bisous !

  2. Bel article qui me parle beaucoup !
    Rien à redire il faut d’oser en parler, il faut dénoncer, dénoncer, parler parler pour faire changer les mentalités. C’est à force d’insister que ça change comme au début où on ne trouvait pas du bio ou de vegan jusqu’à ce qu’on en trouve partout. Tu as choisi de beaux mots, c’est bien écrit. Ca fait du bien. Parce que y’en a marre d’avoir honte d’être une femme. Honteuse parce qu’on a nos règles, honteuse parce qu’on a des hormones, honteuse parce qu’on a des hanches ou un boule qui va réveiller leur testostérones parce que cela signifie qu’on est féconde, honteuse de plaire et qu’on aguiche malgré nous. Je pense que ça nous ai déjà arrivé à toutes de recevoir un sifflement, un « olala » même quand tu es habillée en sac à patate sans maquillage. Alors quoi ? Qu’est-ce qu’il faut faire ? C’est conscient que depuis quelques temps que j’ai pris des kilos et que je me suis forgée une carapace et une couche de masse adipeuse moche pour ne plus être désirée par les hommes car ils étaient dangereux et que j’en avait peur. Logique débile du cerveau: Regarde comme tu plaît et comme t’es jamais tranquille même avec des kilos en trop, qu’est-ce que ça donnerait si j’avais un corps parfait je ne serais jamais capable d’assumer. Et même si c’est conscient c’est toujours là et c’est difficile de lutter contre ça. Merci pour cet article. Le # de trop c’est sur, on en a marre d’entendre toujours la même chose mais il est nécéssaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *